Les tempêtes de l'hiver 2013/2014

La succession des tempêtes sur le littoral aquitain entre décembre 2013 et mars 2014 a provoqué de nombreux dommages aux équipements, des érosions dunaires et un abaissement sensible au niveau des plages

 

L’ensemble des acteurs aquitains se sont fortement mobilisés pour faire face à cette situation inédite :

  • L’Etat, le Conseil régional et les Conseils généraux pour l’accompagnement des collectivités dans la remise en état des ouvrages de protection et la remise en tourisme du littoral,
  • Le GIP Littoral Aquitain entre Janvier et Mars avec la remontée d'information sur les dégâts à l'attention de l’Etat et des collectivités territoriales,
  • L'Observatoire de la Côte Aquitaine dans l’appui aux services de l’Etat et aux collectivités par des avis et expertises afin de faciliter la prise de décision,
  • La sphère scientifique et technique dans la mesure, l’analyse et l’explication des phénomènes observés cet hiver.


Lacanau  océan,  Janvier  2014

Un bilan pour expliquer les phénomènes climatiques et l'érosion de la côte

Missionné par ses membres fondateurs, l'Etat et la Région Nouvelle-Aquitaine, auxquels se sont joints les trois départements côtiers et le syndicat Mixte du bassin d'Arcachon (SIBA), l’Observatoire de la Côte Aquitaine a suivi sur le littoral aquitain ces événements tempétueux à l’origine de fortes vagues, de vents importants ou encore de surcotes, qui peuvent occasionner des érosions de la plage et de la dune, des mouvements de terrain, des submersions marines...

Ces évènements ont provoqué d'importants dégâts et ont fortement traumatisé le littoral, avec de très vives inquiétudes parmi les populations et les responsables. L'Observatoire a donc été chargé d'étudier ce phénomène et a tiré les premiers enseignements de ces intempéries sur la stabilité du trait de côte : un bilan complet des tempêtes survenues entre décembre 2013 et mars 2014 a été publié en Novembre 2014 (rapport BRGM-63797).

De même, dans une note en date du 12 novembre 2014, l’ONF pour l’Observatoire de la Côte Aquitaine fait le constat que l’abaissement des plages cet hiver n’a pas été complétement compensé par les apports estivaux ou que les bermes reconstituées cet été ont déjà été érodées par les premières houles de l’automne entrainant d’ores et déjà des érosions dunaires. Cette situation anormale fait craindre une vulnérabilité particulière des dunes et équipements littoraux aux éventuelles tempêtes hivernales.

Un retour d’expérience sur la gestion de ces événements et sur les modalités de gestion de crise et de retour à la normale a été réalisé par le GIP Littoral Aquitain. Il a pour but de consolider l’ensemble des connaissances acquises et de porter un regard sur la gestion de ces événements tempétueux en tirant le maximum d’enseignements pour la gestion future. Ce travail s’est basé sur la récupération de l’ensemble des données disponibles auprès des différents acteurs du littoral aquitain (services de l’État, collectivités, GIP Littoral Aquitain, OCA,…), sur des entretiens personnalisés avec certains de ces acteurs et sur la diffusion d’un questionnaire en ligne. Il a été cofinancé par l’Union Européenne avec le Fonds européen de développement régional, par l’Etat et par la Région Nouvelle-Aquitaine.

      

Avec pour objectif l'amélioration des politiques publiques et de leur application, ce retour d'expérience a permis la constitution d'une trace durable pour la mémoire collective. Au final, il permet de rappeler la pertinence d’une gestion du risque érosion côtière coordonnée sur l’ensemble des axes de la prévention (connaissance, sensibilisation, surveillance et alerte, prévention, réduction de la vulnérabilité et protection), telle que celle mise en place ces dernières années dans le cadre des stratégies locales de gestion de la bande côtière sur le littoral aquitain.

Ces stratégies locales, élaborées sur 7 secteurs prioritaires, ont été prévues dans le cadre de la stratégie régionale de gestion de la bande côtière, afin de répondre sur le moyen et long terme aux questions posées par l’érosion côtière.

Dernières actualités & veille médias

A la une

Panneaux de baignade : concilier obligations réglementaires et lisibilité des informations 

Durant la période de surveillance des plages, les collectivités ont une obligation réglementaire d’affichage d'informations en termes de qualité des eaux de baignade et de surveillance et secours. Dans le cadre de la mission réalisée en partenariat avec l’Agence de l’Eau Adour Garonne, un projet visant à rendre plus lisible les informations sur la baignade et disposer d’un panneau communicant et facilement identifiable par les visiteurs a été mis en place par le GIP Littoral et ses partenaires. Un groupement de commande a ainsi permis à plusieurs collectivités de bénéficier de prix attractifs. 

​Trois types de panneaux ont été conçus  : un panneau vitrine au niveau du poste de secours permettant l’affichage des arrêtés et documents obligatoires ; un panneau tryptique installé sur la tête de plage et sur lequel les MNS mettent à jour les informations obligatoires en matière de surveillance. Ce panneau dispose d’un support amovible hors surveillance indiquant que la plage est non surveillée. Enfin, un panneau d’accès secondaire a également été conçu. 

Lien vers la page internet détaillant le projet 

 

 

24/07/2018
Dans le cadre du renouvellement du projet littoral et de sa gouvernance à l’échelle Nouvelle-Aquitaine, s’est déroulé le 5 juillet à Rochefort un séminaire thématique autour du défi de la préservation des territoires littoraux. Deuxième d’une série de quatre qui se poursuivent tout au long de l’année 2018, il a permis de réunir près de 80 personnes issues de toute la façade régionale. Ce temps...
20/06/2018
Dans le cadre du renouvellement du projet littoral et de sa gouvernance à l’échelle Nouvelle-Aquitaine, s’est déroulé le 31 mai dernier un séminaire thématique autour du défi de l’attractivité des territoires littoraux. Premier d’une série de quatre qui se tiendront tout au long de l’année 2018, il a permis de réunir près de 110 personnes issues de toute la façade régionale. Ce temps privilégié a...